BBoykonsian.com - Webzine Hip-Hop & Reggae Undacover - Purists Only - News - Agenda - Sons - Vidéos Live - Clips - Shop - VPC...






Réaction aux déclarations de N.Sarkozy à propos de Marina Petrella



Réaction aux déclarations de N.Sarkozy à propos de Marina Petrella

Le 8 juillet 2008, lors d'un point de presse en marge du sommet des pays du G8 à Toyako (Japon), Mr SARKOZY, Président de la République française, a déclaré : « La France, conformément aux accords européens que nous avons signés (...) et conformément aux décisions de justice françaises (...) extradera Madame Petrella. »

Sur ce sujet, il faut souligner qu’il n’y a qu’un seul accord européen signé par la France et applicable à Marina : la Convention européenne d’extradition du 13 décembre 1957. Toute allusion, implicite ou explicite, à d’autres accords, y compris le fameux mandat d’arrêt européen, n’est que démagogie, manège pour confondre les esprits.

D’ailleurs, même si cet accord a été pollué par ces langage et valeurs du mandat d’arrêt européen qui ont amené à l’émission d’un avis favorable à l’extradition, c’est bien la Convention de 1957 qui a formellement régi la phase judiciaire de la procédure extraditionnelle de Marina.

Or, cette convention prévoit une clause humanitaire, formulée par la France même, qui récite : « L’extradition pourra être refusée si la remise est susceptible d’avoir des conséquences d’une gravité exceptionnelle pour la personne réclamée, notamment en raison (…) de son état de santé. »

L’état de santé de Marina, ainsi que le confirment les expertises et visites effectuées par des médecins et psychiatres, se dégrade de plus en plus. Elle est en grève de la vie et souffre d’une crise suicidaire majeure. Face à cette situation, agir en conformité des accords signés ne peut que comporter l’application de la clause humanitaire en question, l’abrogation d’un décret que rien n’obligeait M. Fillon de signer.

Le refus de son application serait un piétinement, voire une véritable violation, du dicté de la Convention de 1957. Car, la raison d’être de cette clause étant de s’appliquer quand il est nécessaire, si on ne l’applique pas à Marina, à quoi bon elle sert ?

Enfin, la vie de Marina est dans les mains du Président de la République et de son Gouvernement, et ils doivent assumer la seule responsabilité véritable qui leur revient : sauver instamment, sans délai ultérieur, la vie de Marina, ainsi que leur permet et demande cette clause.

Toute décision contraire ne serait que non assistance à personne en danger…

« Mais j'ai demandé au Président du Conseil italien dans ce cas de solliciter du Président de la République italien sa grâce, compte tenu de l'ancienneté de la condamnation et compte tenu de la situation psychologique et de santé de Madame Petrella. Le Président du Conseil m'a fait valoir qu'il partageait mon analyse et qu'il interviendrait auprès du Président pour obtenir la grâce », a ajouté le Président français.

Il y a de l’embarras, chez M. Sarkozy. Car il n’est pas simple que d’extrader une personne dans la situation psycho-physique de Marina. Voici alors la pirouette : la France l’extrade, mais intercède auprès de l’Italie afin que celle-ci gracie la malheureuse. Pourquoi la grâce ?

D’abord, parce que Marina va très mal. Mais elle va mal ici et maintenant, et c’est à la France de prendre ses responsabilités face à la survie de Marina. C’est la France qui dispose d’un outil juridique pour y faire face instamment (la clause humanitaire suscitée), et pas l’Italie, à tout le moins dans l'inmediat. Ainsi, la trouvaille de M. Sarkozy se dévoile et montre pour ce qu’elle est vraiment : démission d’une responsabilité qui n'appartient qu'à lui.

Ensuite, la grâce devrait découler en considération de l’ancienneté de la condamnation de Marina. Une ancienneté qui d’ailleurs concerne tous les réfugiés italiens, et qui, une fois reconnue, devrait être une raison valable et suffisante pour ne pas retirer l’asile à Marina et ces anciens militants italiens. Dans le cas contraire, à quoi bon avancer cet argument ? Pour le suggérer à l’Italie ? Une Italie qui s’est depuis longtemps déjà entêtée dans le refus de l’unique mesure, l’amnistie, en gré de résoudre enfin les problèmes de sa guerre civile désavouée qui restent encore ouverts ?

Quoi qu’il en soit, la pirouette de M. Sarkozy a échouée le jour même de sa mise en jeu. Car les forces politiques italiennes, toute tendance confondue, sont déjà en train de crier leur volonté hargneuse de voir Marina finir ses jours en prison...


extrait du site: www.paroledonnee.info



Pour plus d'infos sur Marina Petrella, retrouvez ci-dessous deux dossiers en téléchargement et visitez le site de soutien: www.paroledonnee.info


dossiermpetri.pdf Dossier: Marina Petrella et les réfugiés italiens  (478.08 Ko)
il_faut_sauver_petrella.pdf Dossier: Il faut sauver Marina Petrella  (2.82 Mo)


Akye
Mercredi 9 Juillet 2008





Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 30

Les productions et le merchandising du label BBoyKonsian en écoute, en téléchargement libre ou payant

Appel pour un prochain Mix-book "Après, nouvelles sur le monde libéré" : Envoyez vos nouvelles avant le 31 août 2017

Recherche dans le webzine


Boutique en ligne avec CD, DVD, vinyls, t-shirts, sweats, keffiehs, livres, fanzines, feuilles à rouler...

Recherche dans le Shop


Soul - Hip-Hop - Reggae
24/24 - 7/7



Multitude de projets Rap et Reggae disponibles en téléchargement gratuit

L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

L'émission Frontline diffusée sur F.P.P 106.3 FM - www.rfpp.net



Paiements acceptés: Espèce - Chèque - Carte bancaire et privative (paiement sécurisé via Paypal sans obligation de compte Paypal) - Virement bancaire

WEBZINE - SHOP - PRODUCTIONS ET EDITIONS - WEBRADIO - INDEPENDANT, ALTERNATIF & MILITANT